dimanche 8 mars 2020

jeudi 23 janvier 2020

Hommage potier à mon père.


Si j’ai pu commencer la poterie vers 15 ans, c’est que mon papa bricoleur de moto m’a construit un tour à pied extraordinaire.





Maintenant, il sert à l'atelier pour les cours.






Mon papa s’en est allé en 2019 et la moindre des choses était de faire une plaque représentant ses escapades en René Gillet, avec son chien aboyant dans
 le side-car !


 





Le support est en grès, engobé en rouge et décoré après première cuisson par réserve à la cire.

mardi 17 septembre 2019

Les cours de poterie reprennent !

C'est reparti !

Plus de renseignements ? 
06 20 35 43 17

Bonne rentrée !

Olivia



lundi 17 juin 2019

BON été !



Essais d'émaux : des nouvelles couleurs pour habiller les poteries.

Quand j’ai commencé la poterie, il y a plus de 40 ans, j’ai acheté mes premiers émaux tout faits .
Et j’ai été déçue par le résultat...

Et puis je suis allée apprendre vraiment la poterie à l’école des arts appliqués Duperré.
Quatre années de bonheur !


Là, on nous a enseigné la chimie des émaux. On recherchait surtout  des bases pour cuire avec le four à gaz de l’atelier.
Donc, de préférence, cuire du grès, en réduction jusqu’à 1280°.
Quand je me suis installée « Potière », j’ai continué à travailler sur ces bases. Ayant moi-même un four à gaz.

Maintenant, mes élèves qui s’installent ont la plupart du temps un four électrique.
Donc, depuis quelques mois,
nous faisons ensemble des recherches pour développer des couleurs en oxydation. Car les fours électriques ne peuvent cuire qu’en atmosphère oxydante.
Nous « cuisinons » les matières premières… notons nos recettes précises, par pesées de 100 g pour un essai et nous trempons nos petits tessons que nous avons tournés .
Les étapes et résultats en photo…





 
Ci-dessus, le trébuchet qui pèse très précisément.
 

Les essais refroidissent 
dans le four.  

On a étalonné la cuisson avec des cônes de Seger.
On peut constater que la température n'est montée qu'a 1270 degrés.

dimanche 30 décembre 2018

Mes élèves me font progresser.


                          Mes élèves ont de 8 à 84 ans.


Et pendant les cours, quelle que soit la différence d’âge, ils communiquent dans la bonne humeur.


 Quelques photos pour montrer leur travail en 2018...











Ils me font progresser...
 Par la diversité de leur travail : je dois répondre à l'utilisation de techniques très diverses...

Par leur ouverture d'esprit à de nouvelles combinaisons avec les matériaux que j'emploie habituellement.

Et quant ils apprennent à tourner, je repousse parfois les lois de l'équilibre en rattrapant de belles "tours de Pise" !!!   ;-)
Mais c'est en ratant que l'on apprend le plus au tour.

vendredi 14 septembre 2018